LE BLOG

Dans la Tri-Unité Holistique de l'être

By HAKOVENA

Fruit de mon travail, de mes apprentissages, de mes expériences, de mes découvertes et de mes lectures... que je vous partage ici.
puce magie
Toutes les catégories
Recherche par mot clé

Le départ de l'être aimé : la douloureuse transition

Cet article aborde le thème de la séparation et du départ d’un être aimé, en soulignant la douleur et la déchirure que cela entraîne. Il évoque également la séparation en tant que moyen de se retrouver et de revenir à la source, ainsi que le lien qui unit les âmes, même après leur départ de ce monde. Le texte explore ainsi la complexité des émotions liées à la séparation et invite à réfléchir au sens profond de cette épreuve. 

Laisser partir avec amour : Honorer la séparation et célébrer l’amour éternel.

Le départ de l'être aimé : la douloureuse transition

La grande épreuve

L’épreuve de la séparation, la douleur, la déchirure de perdre un père, une mère, un enfant, un être aimé. Mais cette douleur, est une expérimentation sans commune mesure avec celle que nous avons tous un jour ressentie sans nous en rappeler aujourd’hui : la séparation douloureuse d’avec la source originelle, celle d’où l’on vient.

Se séparer, ce n’est pas abandonner ni quitter. Se séparer, c’est pour mieux se retrouver, retourner vers la source, pour se ressourcer, peut-être, avant de revenir un jour, incarné de nouveau.

Partir doucement, rapidement, sans fracas ou violemment, retrouver aussi ceux qui sont déjà repartis, retrouver sa forme, son identité initiale, d’origine, ou qui l’on était avant, ici, mais ailleurs. Ailleurs, justement, retrouver toute notre véritable famille, celle d’avant, celle qu’on a eu ici et peut-être déjà partie, mais sans oublier celle qui reste ici, incarnée.

Oublier les épreuves et les douleurs terrestres, laisser reposer son corps, ce véhicule tant aimé et souvent méprisé, malmené, oublié, aussi, quelquefois, mais trop souvent mal écouté.

Partir et laisser derrière soi ceux que l’on pense être notre monde, ces compagnons de route, d’expérience terrestre : un parent, un frère ou une sœur, un enfant, un ami, un voisin, quel que soit le lien d’amour, d’attachement, pour, un jour, les retrouver ailleurs. Une âme amie, une âme qui a choisi, comme nous, de vivre ici, un temps, une expérimentation. Une âme, encore, qui un jour, pour une raison ou une autre, s’en va sans un mot, peut-être. Une âme qui semble pourtant, ici, avoir tout oublié : oublié qui elle est réellement et d’où elle vient, mais qui, une fois partie, n’oubliera jamais ni le bon ni le mauvais, ni les joies ni les peines, un être aimé ou pas. Une âme qui part n’oublie rien et emporte avec elle des souvenirs, des énergies, des mots, des blessures, des gestes… Et nous qui pleurons, ici, cette âme que l’on a parfois tant chérie et qui s’en est allée sans un bruit, comme la flamme d’une bougie qui s’éteint, nous laissant là, dans le noir. Mais à la lumière du jour, pourtant, il suffirait d’ouvrir son cœur à l’impossible pour le rendre possible : rendre possible ce moment magique où le voile entre nos deux mondes s’ouvre. Puis, elles et nous, tendre nos mains, poser un regard, pour un moment d’échange d’âme à âme, pour se souvenir de ce lien qui nous unit ici et là-bas. Car même si cela semble se terminer ici, en réalité cela ne fait que commencer, pour elle et pour nous.

La séparation, le départ d’un être aimé : l’épreuve la plus difficile de notre incarnation, de notre expérimentation.

Perdre un être aimé, ce n’est pas perdre l’amour, car le véritable amour est éternel, il existe à l’infini. Et cet amour qui nous lie est à jamais un lien entre les âmes, car cet amour nous vient de la source même.

Ce lien d’amour, qui nous lie si fortement ici, n’est que le petit reflet du lien qui nous relie aussi à la source, notre véritable père et mère d’origine.  

Les épreuves de l’incarnation nous font trop souvent oublier combien cet amour est puissant et doux à la fois. Ainsi, chaque fois qu’un être aimé part, la rupture qui se fait, la séparation qui nous éloigne, sonne comme une fin douloureuse et infinie.

Laisser l’autre partir avec amour : Une étape déchirante mais nécessaire

« Où tu vas, toi qui me quittes, qui laisse ce grand vide dans mon cœur, toi qui me brises si violemment. Dans ma tête tout tournoie, tout se bouscule. Dans mon cœur, à l’image du miroir que l’on brise en mille morceaux, je ressens les fissures, les cassures se faire et je ne peux rien y faire. Je voudrais tant te retenir, te garder près de moi, toujours. Te prendre la main, ne jamais te lâcher pour que tu restes avec moi pour l’éternité. Oui, si je pouvais te garder là, près de moi, et tout recommencer. Te dire combien je t’aime. Combien, encore, tu vas me manquer ! Combien tu vas me détruire si tu t’en vas. M’accrocher à toi pour ne pas me noyer, fermer les yeux, fermer le cœur, pour ne plus voir, ne plus rien ressentir. Non ! Non ! Non, je ne veux pas te voir partir, je ne veux pas te laisser partir. Tu me fuis, tu fuis la vie. Que ce soit ta volonté ou pas, ton destin ou pas, en fait, peu m’importe, je veux te retenir, je refuse de te laisser partir.

 Je ressens comme un vide en moi déjà, ce vide ne me quitte pas. Le silence de ton absence est déjà en moi et pourtant tu survis encore près de moi. Mais combien de temps encore va tu rester près de moi ? Une heure, une nuit, une semaine, un mois ? Le compte à rebours a commencé. Je me sens démuni face à lui, je le sais je n’ai aucun pouvoir. Même si je sais que tu vivras là-bas, là où tu t’en vas s’en moi, que tu y seras sans doute mieux qu’ici, près de moi, que tu laisseras toute la souffrance que tu endures, ici, chaque jour, derrière toi. J’ai, chaque jour, une pensé égoïste. Parfois, je t’en veux aussi : Comment peux-tu partir en me laissant derrière toi ? Je souffre de te voir partir, tout en moi se déchire.

 Tout autour de moi, la vie continue. Tiens ! C’est déjà Noël, les enfants sont en joie. Tiens ! Déjà le réveillon, la fin d’année ! Tous, partout, font la fête.

 Et moi, dans mon cœur c’est l’abîme. Le néant envahit mon esprit, mon corps, mon âme. Je souris car ainsi va la vie. Je me réconforte comme je peux. Je m’accroche aussi à tout ce que je peux. Je dis bonne année à ceux qui m’entourent, mais le cœur n’y est pas.

Joyeux Noël, bonne année les gens… Finalement, tu le dis parce tout le monde attend cela de toi. Tu le dis parce que cela leur fait plaisir.

 Pensent-ils vraiment que j’ai le cœur à ça ? Que je vais bien ?

 Cela n’a pas d’importance, après tout. Qui s’intéresse à ma peine, à mon chagrin ? Pas même toi, peut-être, qui t’en vas sans moi. Je regarde le ciel, je ressens le froid de l’hiver, le souffle du vent. Les aiguilles de l’horloge tournent et ne s’arrêtent pas. Je mange, je dors, j’avance dans la vie comme un automate, dans la douleur de la séparation, de ton départ prochain.

 Non, je ne peux pas te laisser partir. Et toi, au fond de ce lit de mort, tu t’accroches tant que tu peux. Tu sais la peine que tu me fais. Tu sais aussi qu’elle est inévitable et je le sais également. Alors, s’il te plaît, laisse-moi, encore un peu de temps, un jour de plus, une semaine, une année de plus, une vie de plus, laisse-moi le temps de m’habituer à l’idée de ton départ. Laisse-moi encore du temps. Je m’accroche encore à toi et, chaque fois que je vois ton regard, le sourire que tu tentes de faire pour moi, rien que pour moi, malgré le fait que je voie ton corps s’affaiblir, la vie te fuir, je garde encore l’espoir de te retenir. Oh oui ! Je le sais, je le sens : ce moment tant redouté approche. J’ai peur de ne pas réussir à vivre sans toi. Es-tu si lassé de moi, que tu veuilles déjà partir ? Tant de questions, de peine dans mon cœur et dans ma tête. »

Combien, avant moi, ont vécu ces moments intenses et douloureux ? Combien encore les vivront après moi ? Tous, ici, passeront par cette étape et nous l’imposerons à notre tour à ceux qui nous aiment.

Mais laisser partir l’autre est profondément difficile. Alors, que reste-il ? Partager au maximum les minutes, les heures qu’il lui reste à vivre ici. Dire à l’autre tout ce que l’on ressent pour lui, amour, colère, douleur, pardon.

Le pardon : pardonner à l’autre et lui demander pardon. Pardonner à l’autre pour tout ce qu’il a dit ou fait, qui a pu, un jour, nous faire mal. Lui demander pardon, aussi, pour ce qu’on a fait ou dit et qui a pu, à un moment, ou à un autre, le blesser, lui. Se libérer de sa culpabilité aussi, car quand son heure est venue de partir, on n’est pas coupable, et les regrets de ne pas avoir pu le sauver ou de ne pas pouvoir lui dire tout ce que l’on a dans le cœur ont besoin d’être effacés. Car maintenant est venu le temps de lui dire tout ce qu’on a gardé en soi, ou simplement « je t’aime ».

Et si la force nous manque aujourd’hui, demain, devant sa pierre, la dernière pierre de sa vie, sous laquelle git son corps sans vie, briser le silence et lui dire « je t’aime, tu vas tellement me manquer » et ne pas oublier aussi de lui dire :

« Dans le silence de la maison, j’allumerai une bougie pour toi et, dans cette brume qui envahit mon cœur, j’y mettrai tout mon amour. Je souhaiterai, pour toi, un chemin de lumière et que tous ceux que nous avons aimés et qui nous ont quittés t’accompagnent maintenant. S’il vous plait, fêtez vos retrouvailles ! Et, surtout, surtout, souviens-toi de moi, de nous ici, et reviens nous rendre visite. Donne-moi la force, aussi, de continuer la route de la vie sans toi. ».

Nul ne peut comprendre cette étape, la douleur, le vide ressenti s’il n’a pas vécu ces moments. Et la phrase « toutes mes condoléances » est vide de réconfort et de sens, vide de tout. Parfois, juste un geste de réconfort, un silence devant soi, quand les larmes coulent et le cœur souffre, ont bien plus de valeur que cette formule de convenance.

Alors non, on ne peut empêcher quelqu’un de partir. On ne peut pas le retenir, mais, on peut, avec amour, l’accompagner tout simplement, le soulager certainement et lui tenir la main fermement. Puis, le rassurer aussi : « Non, ce n’est pas la fin pour toi, c’est un nouveau départ pour nous deux ». Lui dire qu’on s’est aimés, qu’on s’aime et on s’aimera encore après. Et enfin, le laisser partir.

Ainsi, l’acte de laisser partir une personne décédée est une étape difficile et déchirante, mais il est important d’accepter la réalité de son départ et de permettre à l’être aimé de continuer son voyage. Il est essentiel de reconnaître que la séparation physique ne signifie pas la fin de l’amour, car le véritable amour est éternel et continue à nous connecter, même après la mort.

Un moment de partage et de libération : Vivre les derniers instants avec sincérité et amour

Prendre un peu de temps, un moment important pour soi, pour l’autre : vivre les derniers instants, si on ressent le besoin de le faire, car ici, point d’obligation, mais uniquement de la sincérité et de l’amour : on partage avec l’autre ce que l’on ressent, son amour, sa gratitude, sa colère, sa douleur, le pardon, ses émotions, son sentiment de culpabilité si on en a, on se remémore des moments de joie, de peine, de rire, on s’embrasse et, enfin, les aurevoirs.

Ici, point de jugement, chacun fait comme il le sent.  Ici, aucun ressentiment, on efface l’ardoise pour soi et pour l’autre. « Va, je te souhaite un bon voyage vers la lumière ».

Le processus de deuil : la tristesse, le soutien et les souvenirs

Après le décès, il est normal de ressentir une grande tristesse et de faire face à une période de deuil intense. Il est important de permettre à cette tristesse d’être présente et de la vivre pleinement. Cependant, il est également essentiel de trouver des moyens de se soutenir et de trouver du réconfort. Cela peut inclure le soutien d’amis et de proches, rejoindre des groupes de soutien, ou même consulter un professionnel de la santé mentale pour obtenir de l’aide.

Lorsque l’on laisse partir une personne décédée, il est important de trouver des moyens de se souvenir d’elle et de célébrer sa vie. Cela peut être fait à travers des rituels commémoratifs, la création d’un album de souvenirs ou en partageant des histoires et des anecdotes avec d’autres personnes. En gardant vivant le souvenir de l’être aimé, on lui permet de continuer à exister dans nos cœurs et nos esprits.

Toutefois, l’acte de laisser partir une personne décédée est une étape difficile mais vitale dans le processus de deuil. Il est important de partager ses émotions, de dire au revoir de manière intentionnelle et de trouver des moyens de se soutenir dans cette période difficile. Se souvenir de l’être aimé et célébrer sa vie permet de conserver son amour et sa présence dans notre vie, même après la mort.

La séparation : une possibilité de se retrouver et de revenir à nos sources

La séparation et le départ d’un être aimé sont ainsi des épreuves douloureuses qui nous confrontent à la douleur et à la déchirure de perdre quelqu’un de cher. Pourtant, il est important de comprendre que la séparation n’est pas une fin, mais plutôt une possibilité de se retrouver et de revenir à nos sources. Même après le départ de cette personne, le lien d’amour entre nos âmes perdure et nous connecte toujours.

Perdre un être aimé ne signifie pas perdre l’amour, car le véritable amour est éternel et infini. Souvenons-nous : cet amour nous relie à nos origines, à la source de toute vie. Les épreuves de l’incarnation peuvent parfois nous faire oublier l’intensité et la douceur de cet amour, mais il est important de nous rappeler qu’il est toujours là, même au-delà de la séparation physique.

Une fois que la séparation a eu lieu, il est essentiel de prendre le temps de guérir et de se reconstruire. Accepter la douleur et le vide laissés par cette absence est un processus nécessaire pour avancer. Il peut être difficile de se laisser aller à la tristesse, mais c’est à travers cette émotion que nous pouvons véritablement honorer et laisser partir l’être aimé.

Cependant, la séparation ne signifie pas la fin de notre amour mais, au contraire, l’opportunité de se reconnecter à notre essence et de nourrir notre relation avec cet être cher, d’une manière différente. Les souvenirs, les pensées et les sentiments restent gravés en nous, et nous pouvons toujours puiser dans cette connexion pour nous guider et nous soutenir.

Alors que nous continuons notre parcours sans la présence physique de cette personne, nous pouvons nous tourner vers les signes et les synchronicités que l’univers nous envoie pour nous rappeler que nous ne sommes pas seuls. Nous pouvons trouver du réconfort dans les rêves, les rencontres fortuites et les petits miracles qui nous rappellent que l’amour transcende les limites de la mort.

Le départ de l'être aimé : la douloureuse transition

Accepter le départ : un voyage vers la paix intérieure

Malgré la douleur et le chagrin, l’amour ne meurt pas. Il transcende les limites de la mort, s’élevant au-dessus de la séparation physique pour nous guider vers des retrouvailles spirituelles.

Accepter le départ d’un être cher est une épreuve déchirante. Le vide laissé par son absence est difficile à combler, les souvenirs douloureux se mêlant à la nostalgie. Cependant, c’est dans cet amas d’émotions que l’amour éternel trouve sa force. Chaque instant partagé, chaque échange de regards et de gestes, reste gravé dans nos cœurs. Ces souvenirs nous rappellent à quel point nous avons été bénis d’avoir connu cet amour. Et même si la mort les a emportés, ils restent vivants à travers nous, nous guettant dans les recoins de notre âme.

Accepter la séparation ne signifie pas oublier ou effacer le passé, mais plutôt apprendre à avancer avec cet amour ancré en nous. Car il est indestructible, capable de nous aider à surmonter les épreuves les plus sombres. Cet amour est notre lumière, notre guide lorsque les ténèbres menacent de nous engloutir. Il est normal de pleurer, de ressentir le poids de la perte. Mais, tout comme les saisons qui se succèdent, l’amour nous enseigne la nécessité de laisser partir. Car c’est en laissant partir que nous nous libérons de la peine et de la souffrance, permettant à notre âme de guérir.

Dans l’acceptation du départ, il y a une beauté indicible. C’est la découverte d’une nouvelle façon d’aimer, une connexion qui dépasse les limites de l’espace et du temps. L’être cher devient alors une énergie bienveillante, veillant sur nous depuis un autre plan d’existence.

Dans ces moments de douleur, sachons que notre amour les atteint, même si nos bras sont vides. Sachons que leur amour nous accompagne dans chaque pas que nous faisons, dans chaque larme qui coule sur nos joues. Ils sont toujours près de nous, dans nos pensées et dans notre cœur.

Laisser partir n’est pas un adieu définitif, mais une libération mutuelle. C’est comprendre que l’amour ne connaît pas de frontières, qu’il nous lie à jamais à ceux que nous aimons. Alors, dans le souffle du vent, dans le murmure de l’eau, dans le scintillement des étoiles, la présence de l’être cher nous enveloppe, nous guidant sur le chemin de la vie.

La séparation peut sembler insurmontable, mais l’amour dépasse toutes les barrières. Il transcende la mort, nous offrant un réconfort éternel. Dans la séparation, nous trouvons la promesse de retrouvailles dans l’âme, dans un lieu où l’amour ne fait qu’un avec l’éternité.

Conclusion

En conclusion, nous traitons de la séparation et du départ d’un être cher, abordant ainsi la douleur et la déchirure qu’elles engendrent. Nous mettons en évidence le fait que la séparation n’est pas une finalité en soi, mais plutôt une opportunité de se retrouver et de revenir à nos sources. Bien que la séparation soit douloureuse, elle permet de se redécouvrir, de se reconstruire et de trouver un nouveau chemin vers le bonheur. Le départ d’un être aimé est souvent accompagné de sentiments de tristesse, de confusion et de vide, mais il représente également une occasion de se recentrer sur soi-même.

La séparation peut être également un catalyseur pour réévaluer nos priorités, nos désirs et nos objectifs. Il s’agit d’une opportunité pour faire le point sur notre propre épanouissement et de trouver des moyens de combler le vide laissé par la personne partie.

Il est important de prendre le temps de guérir et de se permettre de ressentir toutes les émotions qui surviennent. Nous vous encourageons également à vous tourner vers vos proches et à rechercher du réconfort auprès d’eux.

La séparation peut finalement être une opportunité de se libérer de certaines contraintes et de se réinventer. Il s’agit d’un moment de transformation personnelle, où il est possible de redéfinir sa vie et d’explorer de nouvelles expériences enrichissantes.

En définitive, la séparation, bien qu’elle soit douloureuse, représente une opportunité de croissance et de renaissance. La vie continue, de nouvelles rencontres et expériences nous attendent, et le départ d’un être aimé ne signifie pas la fin de notre bonheur, mais plutôt le début d’un nouveau chapitre qui, plus tard, pourra se révéler passionnant.

Ainsi, la séparation n’est pas synonyme d’abandon ou d’adieu, elle est aussi le moyen de mieux se retrouver, de revenir à la source pour se ressourcer avant de s’incarner à nouveau, un jour.

Cette fin apparente n’est qu’un commencement pour eux et pour nous.

Alors, à tous ceux qui restent :

« La mort n’est rien. Je suis simplement passé dans la pièce à côté. Je suis moi. Tu es toi. Ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours. Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné. Parle-moi comme tu l’as toujours fait. N’emploie pas de ton différent. Ne prends pas un air solennel ou triste. Continue à rire de ces petites choses qui nous amusaient tant. Prie, souris, pense à moi, prie pour moi. Que mon nom soit prononcé à la maison comme il l’a toujours été, sans emphase d’aucune sorte, sans trace d’ombre. La vie signifie tout ce qu’elle a toujours signifié. Elle est ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé. Pourquoi serais-je hors de ta pensée parce que je suis hors de ta vue ? Je t’attends, je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin. Tu vois, tout est bien. »

Henry Scott Holland

source image : ia

S’abonner
Notification pour
guest
Votre prénom ou vos initiales
entrez un mail valide pour être notifié des réponses à votre commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Partager
VOUS AIMEREZ AUSSI
VOUS AIMEREZ AUSSI
soin énergétique bien-être impulsé
Soin bien-être impulsé

Soin énergétique Soin énergétique Bien-être impulsé – à distance – Nettoie, libère, équilibre, harmonise, active, Apaise et soulage… Un soin énergétique de douce libération. Cette prestation comprend bilan, nettoyage et soin énergétique multidimensionnel, un soin par imposition des mains impulsé par une douce énergie sacrée. Bien-être Impulsé est une méthode

Lire la suite »
Soins Triangle d'Or d'Isis
Soin Triangle d’Or d’Isis

Soin énergétique Soin énergétique Triangle d’Or D’isis – Une séance unique – à distance. Une méthode énergétique basée sur l’énergie de guérison du Triangle d’or d’Isis, vous pourrez expérimenter le renouveau et l’équilibre en libérant vos blocages énergétiques. Notre objectif est d’apaiser et d’harmoniser toutes les dimensions de votre être,

Lire la suite »
Panier